Automne

Les tas de branches, ce n’est pas du «chenit»!

Que se passe-t-il dans nos forêts? Faudrait-il mieux les nettoyer? Et les cheveux de glace, vous connaissez?

Le visage de nos forêts change. Tempêtes, sécheresse, ravageurs mettent les arbres à rude épreuve et exigent une exploitation adaptée aux circonstances, parfois intensive. On peut voir, ci-et-là, des opérations de bûcheronnage se poursuivre depuis le printemps. Leurs traces ne passent pas inaperçues, sous forme de piles de grumes et de tas de bois-énergie le long des chemins. Et puis, il y a ces branchages laissés épars au pied des arbres. Faudrait-il et vaudrait-il mieux nettoyer la forêt?

Tout le monde n’apprécie pas de voir des branches par terre. Certains promeneurs les considèrent comme du désordre ou comme le résultat d’un travail négligé. Or, ces branches sont intentionnellement laissées au sol ou grossièrement entassées. Elles offrent en effet le gîte et le couvert à quantité d’animaux, de plantes et de champignons.

Plus de 40 pourcents – 25’000 bien comptées – des espèces animales et végétales présentes chez nous trouvent leur habitat en forêt. Les oiseaux profitent aussi d’une sylviculture plus proche de la nature. Selon la Station ornithologique de Sempach, en forêt, les effectifs d’oiseaux ont crû de 20 pourcents depuis 1990. Par contre, scolytes et autres bostryches ne peuvent se multiplier dans les branchages; leurs écorces trop fines et sèches ne permettent pas à ces ravageurs de se reproduire. Les propriétaires de forêts et les forestiers exercent d’autre part une surveillance constante sur l’évolution de ces insectes. 

Le texte complet

Download cartoon et le texte au format word

  • Dessin: Silvan Wegmann

    Plus de 40% de nos plantes et animaux indigènes trouvent leur habitat en forêt. Les tas de branches sont particulièrement bénéfiques à cet égard. Dessin: Silvan Wegmann

    20191104_ChaperonRouge.jpg 4 Mo
  • Photo: Troglodyte mignon

    Les oiseaux profitent aussi d’une sylviculture plus proche de la nature. Selon la Station ornithologique de Sempach, en forêt, les effectifs d’oiseaux ont crû de 20 pourcents depuis 1990. Photo: Volker Schlär

    20192028_Zaunkoenig_Foto_Volker_Schlaer.jpg 6 Mo
  • Photo: cheveux de glace

    Cheveux de glace. Photo: WaldSchweiz/Jacqueline Bütikofer

    20191028_Haareis_Foto_Jaqueline_Buetikofer.JPG 5 Mo