La tolérance climatique d’essences forestières testée dans toute la Suisse

Avec le changement climatique, de nombreuses essences sont de plus en plus exposées à la sécheresse. La question est donc de savoir où elles pourront pousser à l’avenir. L’Institut fédéral de recherches WSL, l’Office fédéral de l’environnement OFEV, 20 offices cantonaux des forêts et de nombreuses exploitations forestières s’associent et mettent en place de multiples plantations expérimentales afin d’y tester la tolérance climatique de 18 essences forestières.

Travaux de plantation sur une placette expérimentale près de Bergün GR. Photo: Peter Brang/WSL

Le changement climatique entraînera en Suisse des étés plus secs, et plus chauds d’au moins 3 à 4 degrés d’ici la fin du XXIe siècle. Pour la gestion forestière, il est donc crucial de savoir comment les essences forestières pourront faire face à ces évolutions.
Afin de répondre à cette question, les scientifiques ont commencé à créer 57 plantations expérimentales, comportant 18 essences dans des conditions environnementales variées, par exemple à des altitudes différentes et dans toutes les régions climatiques. C’est pourquoi les plantations sont réparties dans toute la Suisse. L’objectif est de découvrir quel climat convient à une essence particulière, et où elle atteint ses limites.
Au total, 55 000 arbres ont été cultivés en pépinière depuis 2018. A l’automne 2020, les premiers seront plantés sur de larges placettes forestières sur lesquelles les arbres ont été abattus. La plantation respecte un schéma standardisé, avec de petites parcelles pour chaque essence et chaque provenance. Au cours des 30 à 50 prochaines années, l’état des plantations sera régulièrement examiné pour savoir comment poussent les arbres, s’ils survivent, et quels dommages surviennent.

Vers le site internet de l’Institut fédéral de recherches WSL