Le marché du bois marqué par le coronavirus et le bostryche

La Commission suisse du marché du bois (CMB) s’est réunie le 24 juin à Berne. Les participants quali-fient la situation actuelle de «relativement bonne», malgré la crise du coronavirus. Ils craignent néanmoins l’arrivée d’importants volumes de bois bostrychés en juillet et en août et un ralentisse-ment conjoncturel dans le bâtiment dès l’automne.

Si l’arrivée massive de bois bostrychés devait conduire à une suroffre, la CMB recommande d’écorcer les grumes atteintes. Foto ForêtSuisse/rp

Les représentants de l'industrie du bois ont qualifié la situation «d’encore relativement bonne» à la réunion de la CMB à Berne, principalement parce que la crise du coronavirus n'a eu jusqu'ici que peu d'impact sur l'activité du bâtiment en Suisse. De nombreux projets de construction autorisés l'an dernier sont en phase de réalisation. De la sorte, le secteur des scieries, en particulier, est sorti largement indemne de la crise jusqu’à présent. L’activité de ses entreprises a quasi retrouvé son niveau de l'an passé et l’a même en partie dépassé.

Du côté des stocks, les représentants des scieries qualifient leurs stocks de sciages de «normaux à élevés»; cependant les parcs à grumes débordent en raison des apports de bois bostrychés de ce printemps. Compte tenu du temps doux et relativement sec qui règne pour l’heure, la branche forestière s'attend à voir émerger des volumes supplémentaires de bois bostrychés ces prochaines semaines, que la transformation peinera à absorber.

Vu la situation économique incertaine, la CMB recommande aux propriétaires forestiers de se renseigner sur les possibilités d’écoulement avant d’entreprendre des coupes, et de ne procéder à ces récoltes qu’en fonction des besoins et une fois les débouchés formellement acquis. Si l’arrivée massive de bois bostrychés devait conduire à une suroffre, la CMB recommande d’écorcer les grumes atteintes et de les laisser en forêt.

Communiqué de presse de la Commission suisse du marché du bois