Particules fines et chauffages à bois

Le 11 avril 2018, le Conseil fédéral a approuvé la modification de l’ordonnance sur la protection de l’air (OPair) qui vise à diminuer les émissions de particules fines des petits chauffages à bois, notamment.

La révision de l'ordonnance sur la protection de l'air concerne, notamment, les petits chauffages à bois. Photo Alain Douard/LA FORÊT

Différentes prescriptions ont été modifiées dans l’ordonnance sur la protection de l’air (OPair) pour les adapter à l’état actuel de la technique. En particulier, des valeurs limites pour les particules fines ont été introduites pour les petites installations de chauffage au bois d'une puissance maximale de 70 kW, telles que des chaudières, des cheminées ou des poêles à bois. La valeur limite pour le monoxyde de carbone pour ce type de chauffages a été renforcée. Ces installations sont désormais soumises à un contrôle périodique.

Les dispositions de l’OPair sur la mise dans le commerce d’installations de chauffage sont intégrées dans l’ordonnance sur les exigences relatives à l'efficacité énergétique (OEEE). Elles sont aussi harmonisées avec les prescriptions européennes sur l’éco-design, ce qui permet de lever des obstacles techniques au commerce.

Les modifications entrent en vigueur le 1er juin 2018