FAQ

FOIRE AUX QUESTIONS


A qui appartient la forêt?
Toute forêt a un propriétaire. Plus d’un quart de la forêt suisse (29%) est en mains de quelque 250 000 privés, 35% appartiennent à des bourgeoisies ou des corporations, 31% sont détenus par des communes politiques, 5% par la Confédération et les cantons. La part des forêts dont le financement est privé (dont le propriétaire ne bénéficie donc pas du droit de collecter l’impôt) varie fortement d’un canton à l’autre; elle est, par exemple, de 85% dans le canton de Berne. La propriété forestière sous-tend des droits bien définis (par ex. le droit de récolter du bois) et des devoirs (par ex. de laisser le libre accès à la forêt).


La forêt est capable de pousser sans intervention humaine. Pourquoi faut-il des forestiers?
La forêt peut se passer de l’Homme, mais l’Homme a besoin de la forêt. Elle doit protéger ses infrastructures, contribuer à filtrer l’eau, protéger le climat, servir d’espace de détente, produire du bois. Pour qu’elle remplisse ces fonctions en tout temps et en tous lieux, des interventions sont nécessaires, assurées par des professionnels connaissant toutes les interactions, sachant prodiguer les soins sylvicoles indispensables pour que la forêt reste en bonne santé, résiliente et offre la sécurité qu’on en attend. Le personnel forestier suisse bénéficie d’une formation pointue, réputée dans le monde entier. Ces personnes accomplissent un travail remarquable, au bénéfice de toute la collectivité.


Pourquoi exploite-t-on la forêt?
D'une part, pour répondre au souhait des propriétaires. Ils considèrent la forêt de leurs ancêtres comme un héritage culturel qui peut être utilisé, mais qui doit être transmis en bon état à la génération suivante. Il y a, d’autre part, les exigences de la société: nous voulons récolter du bois – c’est un intéressant matériau renouvelable –, nous voulons pouvoir parcourir la forêt en toute sécurité, et puis nous voulons que la forêt nous protège. Toutes ces raisons rendent la gestion et l’exploitation indispensables. La gestion de la forêt implique des soins et aussi que nous récoltions des arbres, régulièrement. Les sujets malades ou affaiblis doivent céder la place à des arbres plus jeunes, et les arbres arrivés à maturité doivent être récoltés avant qu'ils ne s’altèrent, tombent ou pourrissent.


La forêt suisse n'est-elle pas surexploitée?
Clairement non! Depuis bien des années, on abat moins de bois qu'il n'en pousse. La Suisse a l'une des législations les plus strictes au monde: la surface forestière est protégée, on ne peut pas y récolter plus de bois que ce qui va repousser, toute coupe est soumise à autorisation et les coupes rases à grande échelle sont interdites. Il y a des décennies que l'on pratique en Suisse une gestion sylvicole proche de la nature et nos forêts, qui couvrent un tiers du pays, hébergent plus de 40% des espèces animales et végétales indigènes.


L’économie forestière vit-elle de subventions?
Non! La Confédération verse des contributions annuelles à hauteur d’environ 140 millions de francs, ce qui est très peu relativement à la surface ou par rapport à d'autres secteurs comme l’agriculture (4 milliards de francs). Plus de 75% de ces fonds publics sont consacrés à l'entretien des forêts de protection. Il n'y a quasi pas de contributions forfaitaires pour la gestion des forêts, contrairement à ce qui se fait en agriculture. Pendant longtemps, l’entretien des forêts et les frais d’exploitation ont été couverts par les revenus de la vente des bois. Les exploitants et services forestiers fournissent aujourd'hui un large éventail de prestations; ils ont été restructurés. Néanmoins, les résultats économiques du secteur diminuent en raison de la faiblesse des prix des bois et des exigences et défis toujours plus nombreux auxquels il doit faire face. Nombre de ses entreprises sont dans les chiffres rouges.


Pourquoi utiliser du bois suisse? Cela ne nuit-il pas à la forêt?
C’est tout le contraire: le bois suisse est la meilleure option qui soit car il est produit de manière particulièrement naturelle. En outre, on n'en abat pas plus qu'il n’en pousse. En récoltant du bois en forêt, on contribue à la rajeunir et à maintenir sa vitalité. Pour que les propriétaires forestiers puissent entretenir leur forêt, ils dépendent essentiellement de la vente des bois. Aujourd'hui, nous couvrons environ la moitié de notre consommation de bois par des importations, alors que, dans notre pays, les réserves ligneuses augmentent et qu’en bien des lieux les forêts vieillissent trop.
Utiliser du bois indigène est aussi logique d'un point de vue environnemental, car la marchandise ne doit pas être acheminée de l'autre bout du monde. Conclusion: qui pense  plus loin que le bout de son nez achète à proximité!


Pourquoi y a-t-il tant de branches dans la forêt?
C’est du désordre, non? Pas du tout! Une partie du bois est délibérément laissée dans la forêt afin qu'il puisse s’y décomposer et restituer des fertilisants dans le cycle. Parfois, les branches sont disposées dans les voies de débardage, les «layons» comme les appellent les forestiers - pour protéger le sol au passage des machines. Ailleurs, les branchages sont empilés pour donner un abri à toutes sortes d'animaux. Enfin, «nettoyer» la zone après l'abattage serait tout simplement trop coûteux; la dépense ne pourrait pas être couverte par les revenus de la vente du bois.


Peut-on en toute bonne conscience acheter des sapins de Noël suisses?
Absolument! La plupart des arbres de Noël suisses proviennent de cultures spéciales en zone agricole. Seul un quart d'entre eux sont issus de la forêt. Ce sont des sujets qui devraient de toute façon faire place à d'autres arbres. Des sapins de Noël sont aussi cultivés sous des lignes électriques en forêt et ils devraient être abattus ou rabattus tous les deux-trois ans. Les arbres de Noël indigènes sont récoltés juste avant la fête et n'ont pas besoin d'être transportés sur des centaines de kilomètres pour nous parvenir. La vente d'arbres de Noël représente un revenu complémentaire bienvenu pour de nombreux exploitants forestiers. C’est aussi l’occasion de faire plaisir aux gens du lieu.


Pourquoi les forestiers utilisent-ils des machines aussi énormes? Cela dévaste tout!
Les apparences sont trompeuses: les machines récentes permettent de travailler avec beaucoup de soin et de précision. Utilisés correctement et dans des conditions climatiques appropriées, ces engins ne compactent et ne dégradent que peu sol. La mécanisation permet un travail rapide, efficace, et elle augmente la sécurité des travailleurs car les conducteurs de machines sont protégés dans leur cabine et ont une meilleure vue d'ensemble sur le chantier.
On distingue les abatteuses, ou «harvester» en anglais, qui peuvent abattre, ébrancher et débiter les arbres, et les débardeurs ou débusqueurs («forwarder» en anglais), porteurs tout-terrain chaussés de pneus larges à basse pression qui chargent les grumes avec leur grue et les transportent jusqu'au chemin. Il existe également des câbles-grues («téléphériques») qui acheminent le bois de façon économique et soigneuse au-dessus du sol.


Ai-je le droit d'aller librement partout en forêt?
En principe oui. «Chacun a libre accès aux forêts (…)», prescrit l’article 699 du Code civil suisse, repris en substance par l’article 14 de la Loi fédérale sur les forêts. Et chacun peut s’approprier baies, champignons et autres menus fruits sauvages, conformément à l’usage local, ajoute la législation. Ce droit n’est toutefois pas illimité; il ne s’exerce que si aucun dommage significatif n'est causé à la forêt.
Par contre, à de rares exceptions près, la circulation des véhicules à moteur est interdite en forêt et sur les routes forestières. En outre, les cantons sont tenus de réglementer l'accès à la forêt de manière à la préserver, elle et ses fonctions importantes. Des restrictions s'appliquent, par exemple, aux réserves forestières et aux réserves de chasse. La plupart des cantons ont des restrictions spécifiques sur les activités de loisirs telles que le vélo ou l'équitation.